La Flamboyante

Ode à la bienveillance

Il y a un mois, je suis tombée sur une publication Facebook dénonçant le Black Friday. Dans les commentaires, une internaute écrivait : « Ben moi je dis que c’est une bonne chose! Je ne vois pas cela comme du consumérisme mais bien au contraire de profiter de cette journée de se faire juste plaisir… Et c’est tellement important ».

Les autres internautes lui ont de suite répondu, assez violemment : « C’est vrai, c’est tellement important de penser qu’à sa gueule », « Vous bossez pour une de ces boîtes ? Ou c’est juste un niveau de conscience un peu bas ? », « T’inquiètes pas pour la planète, elle sera toujours là, elle en a vu d’autres, glaciations, inversion des pôles etc… Et toujours aussi belle vu de l’espace quand la vermine qui grouille à sa surface aura complètement disparu. » Que l’on partage ou non ce qu’elle a dit, rien ne mérite de se faire agresser de la sorte.

Pour ma part ce que je retiens, c’est que son message était plutôt positif de base, prônant le fait de se faire plaisir, de se faire du bien à soi-même – je passe l’aspect non éthique, ce n’est pas cet angle que je veux aborder -, dans les commentaires de réponse, je ne vois que des messages haineux.

Le philosophe Raphaël Enthoven décrit très bien ce phénomène de méchanceté gratuite sur les réseaux sociaux dans une interview à Quotidien et dit que « le paradoxe des réseaux sociaux c’est qu’ils célèbrent le débat en permanence et qu’ils le compromettent en permanence aussi. Tout le monde peut s’exprimer sauf que la façon dont les gens s’expriment est étayée par l’anonymat n’est pas une façon de s’exprimer c’est plutôt une façon de brandir son opinion qu’on prend pour la réalité et par là-même d’écraser l’autre ou alors de soupçonner l’autre s’il est en désaccord avec vous, d’avoir de mauvaises intentions. […] Ce qui est intéressant c’est de vérifier d’abord à quel point les gens sont lâches et méchants quand ils portent un masque, et autre chose intéressante c’est de créer les conditions du débat à l’intérieur d’un lieu qui le célèbre et pourtant qui le rend impossible. C’est-à-dire de fabriquer de l’argumentation dans un univers où on se crache à  la gueule. C’est un exercice intéressant, totalement inutile et vain » (la vidéo est disponible ici https://www.youtube.com/watch?v=yY1f6tdSb5U)

Ce qui me choque le plus, c’est d’avoir des commentaires affreux sur une thématique plutôt centrée sur la protection de la planète, des producteurs locaux ou encore sur la dénonciation d’un esclavage moderne.

Ne devrait-on pas avoir justement une communauté partageant les mêmes valeurs liées au respect, à l’entraide et à la protection de la planète ?
L’on dit que souvent, les personnes qui jugent critiquent en fait ce qu’elles sont elles-mêmes. Je suis sûre que parmi ces détracteurs fervents défenseurs du zéro-déchet, il y en a bien un qui fume quelques cigarettes autant polluantes qu’un excès de consommation occasionnel. Peut-être même que cette internaute malmenée arbore quant à elle un rythme de vie safe et de bonnes pratiques écologiques, et se permet juste cet écart, qui sait ?

Personnellement, je n’ai aucune envie de changer ma façon de vie lorsque le « conseil » que je reçois est moralisateur. De plus, l’impact peut être le même lorsque l’on se fait insulter sur les réseaux que dans la vie réelle.

Heureusement, pour ne pas complétement vous déprimer sur la condition humaine, il y a eu un commentaire de réponse rattrapant le tir : « Sinon pour vous faire plaisir je vous conseille également et surtout les artisans créateurs (les marchés commencent à s’organiser un peu partout à cette période de l’année ) ou les commerces de proximité ? Bonne journée ».

Et c’est exactement ce que j’aimerais davantage voir sur les réseaux, au lieu de juger et de critiquer, tendons la main et apprenons aux autres, conseillons-les, écoutons-les, comprenons-les. Même le « bonne journée » à la fin m’a rassurée, il s’agit sûrement de politesse, oui mais dans un tel climat c’est une marque de considération et de reconnaissance de cette internaute en tant que telle, sans comparaison, sans jugement.

Alors faisons tous de même, apprenons à être bienveillants tous ensemble et on avancera plus vite, plus confiants et plus forts. 🔥


Laisser un commentaire

  • Michel Patoulachi, a fortiori avant tout, gardien de la paix ;)

    Extrait de http://www.cnvformations.fr/index.php?m=10&ms=118

     » La Communication NonViolente (CNV) est un processus de communication pragmatique et efficace, qui permet d’être clair, cohérent et congruent dans la communication, tout en étant ouvert et dans la compréhension de l’autre. Cette approche favorise la coopération et la résolution de conflits.

    […]

    Elle a été mise au point par Marshall B. Rosenberg, docteur en psychologie, élève et collaborateur de Carl Rogers, rédacteur de nombreux livres dont «Les mots sont des fenêtres ou bien ce sont des murs».

    C’est d’abord une invitation à reconsidérer notre façon de nous exprimer, d’écouter et d’entrer en relation. Nous avons en effet tous expérimenté des manières joyeuses et authentiques d’être en relation avec nous-mêmes et avec les autres. Nous vivons également des situations moins satisfaisantes où nous sommes en conflit et doutons de notre capacité à trouver avec l’autre une relation harmonieuse et constructive.

    La CNV nous propose dans ces situations une trame pour maintenir le dialogue ouvert et découvrir que les solutions aux conflits émergent de la qualité du dialogue et de la sincérité de l’intention. « 

    Répondre