La Flamboyante

#Emotionpositive

Je voulais aujourd’hui vous parler d’ « emotion positive », non pas par rapport aux émotions positives telle que la joie mais d’un mouvement de pensée au même titre que le « body positive », l’idée donc d’être en paix avec ses émotions, de les accepter et d’en être fier. Le hashtag #emotionpositive existe déjà pour désigner justement les émotions positives agréables, j’aimerais me le ré-approprier afin de lancer le courant de l’ « emotion positive » et vous encourager à écouter vos émotions et les vivre pleinement ; c’est comme ça que vous apprendrez à mieux vous connaître et donner le meilleur de vous-même, surtout en étant plus heureux, savoir ce que vous aimez, n’aimez pas, et tendre jour après jour vers ce qui vous fait du bien.       

#bodypositive      

  J’ai découvert ce mouvement du « body positive » avec Louise Aubery fondatrice de Mybetterself, une jeune femme talentueuse multi-casquettes qui m’inspire énormément. Comme tout courant de pensée, le body positive a plusieurs points de vue, Louise exprime le sien en réponse à celui de la fit-Youtubeuse Sissy Mua et dit que revendiquer :

« l’acceptation de son corps permet d’aider des personnes à se mettre au sport, à les inspirer […) encourager les femmes comme les autres à s’accepter et être bien dans leur peau et être contre le bodyshaming. Le body positivisme c’est dire qu’avoir des vergetures et de la cellulite c’est normal car avec tout ce lavage de cerveau avec des corps parfaits vus sur les réseaux sociaux on finit par complexer par rapport à ça et c’est pour que montrer des vergetures aide les femmes à s’accepter et se dire qu’elles sont belles avec leurs vergetures et cellulite. Le body positivisme c’est faire du sport pour une perspective de bien-être, le faire pour soi et non pour un objectif d’esthétique. Le but ce n’est pas de glorifier ses défauts mais d’essayer de voir ce qui va dans ce que l’on n’aime pas chez nous ou qui n’est pas conforme à ce que la société aimerait et ne pas s’arrêter à ce que les autres pensent. C’est un concept bienveillant qui a juste pour objectif d’aider les hommes et les femmes à se sentir bien dans leur peau ».

L’hyperémotivité

  J’ai de suite été charmée par ce courant et ai eu aussitôt l’envie d’assigner ces mêmes valeurs à un autre sujet qui me touche : les émotions. Étant hyperémotive, j’ai longtemps souffert du regard des autres et de celui de la société incitant à ne jamais être dans l’excès surtout lorsque cela concerne les émotions. Je me sentais alors incapable de me maîtriser et j’avais terriblement honte d’être cataloguée comme immature de par ce manque de contrôle.   

Mais l’hyperémotivité c’est quoi ?  

Tout le monde a des émotions et les ressent, l’hyperémotif lui, se laisse complètement submergé et est incapable les gérer lors d’une situation les provoquant. « l’hyperémotivité met la personne dans un état psychologique et spirituel bien plus élevé que la majorité des autres personnes. Ainsi quand vous parlez à cette personne, elle ressent vos émotions et est capable d’avoir une double écoute de votre discussion, en comprenant également votre dialogue intérieur. Aussi, l’hyperémotivité n’est pas une maladie mais un caractère spécifique à chacun. C’est une sensibilité accrue aux émotions, les personnes agissent souvent excessivement et de manière inadaptée à une situation/ événement. Les émotions de la personne se manifestent de façon intense : la joie, la colère ou encore la tristesse s’expriment de façon exagérée par rapport à la situation vécue. » Sans parler des maux physiques ; rougeurs, sudation etc…   

Me concernant, j’apprends année après année à canaliser mes émotions, face aux jugements et aux événements de la vie. Pour autant, je me rends compte de la chance que j’ai d’être envahie par ces émotions qui m’apprennent chaque fois quelque chose ; un travail où je ne me sens pas à ma place, une relation toxique, une action subie pour faire plaisir aux autres … Mon corps ne laisse rien passer et réagit à tout ce qu’il considère comme nocif.       

Montrer ses émotions en public, ça n’est socialement pas acceptable, cela peut être considéré comme irrespectueux voire impoli. Pire encore, l’exemple d’un homme qui pleure dont l’injonction d’être « plus viril » va être son épée de Damoclès. Et pourtant, les émotions sont de l’ordre du langage, elles nous apprennent à nous connaître et mieux communiquer avec les autres, elles nous permettent aussi de deviner quand autrui est triste ou en colère. Je ne fais pas l’apologie de l’hyperémotivité qui comme dit plus haut est quelque chose de difficile à gérer et peut parfois causer du tort à autrui. Mais grâce à cette caractéristique, j’ai pu apprendre à connaître le panel des émotions et leur signification et ai réalisé qu’il s’agit d’une force.            

Je lance donc le #emotionpositive et encourage chacun à accepter ses émotions et les écouter pour se faire du bien ;         

le body positive encourage l’acceptation de son corps physique, l’emotion positive encourage l’acceptation de son corps psychique 🔥         

                 
————————————————————————

Sources :  Psychologue.net, L’hyperémotivité, c’est quoi exactement ?

MyBetterSelf, BODY POSITIVE : Réponse à Sissy Mua


Et pour aller plus loin ….       

Podcast Patate, Louise Aubery | MyBetterSelf : stop aux diktats de la minceur, oui au body positive

Je vous encourage vivement à aller écouter ce podcast qui présente le combat de Louise Aubery sur l’acceptation de son corps mais aussi l’anti diabolisation de la nourriture, ré-apprendre à avoir une vision normale de la nourriture et surtout se faire plaisir avec n’importe quel aliment.

Photo : Unsplash


Laisser un commentaire

  • Cécile

    Hello ! Très bel article ! C’et une chose assez difficile en effet mais en y travaillant ça vient au fur et à mesure ! Merci

    Répondre
    • La flamboyante

      Hello, merci beaucoup pour ton retour Cécile 🙂

      Répondre
  • Scribby

    Chouette article qui montre bien l’importance des émotions en effet. Elles se manifestent pour notre bien et il faut les vivre jusqu’au bout (quand on peut se le permettre ; je veux dire par là qu’au travail, hélas, on doit souvent les réprimer).

    Répondre
    • La flamboyante

      Merci pour ton retour 🙂
      Je suis d’accord qu’il peut être difficile selon les situations de les vivre pleinement, souvent les réprimer ne fait que les accentuer et les déclencher plus tard… ! Pour ça, les solutions d’urgence qui m’aident beaucoup pour ma part ce sont les exercices de respiration ou les fleurs de Bach à inhaler lors d’une pause 🙂

      Répondre
  • Stephanie

    C’est vraiment important de parler de l’hyperémotivité et tu as fait un très bon article! Bravo ! Je suis moi même hyperémotive et je sais comment c’est difficile à gérer au quotidien. Mais on peut en tirer sa force aussi comme l’illustre bien ton récit.

    Répondre
    • La flamboyante

      Merci beaucoup Stéphanie pour ton retour qui me fait très plaisir & bon courage à toi 🙂

      Répondre